Formats vidéo et CODECS
Les formats video
Les premiers formats utilisés étaient assez rudimentaires et on s'est vite aperçu que le volume des fichiers devenait intolérable. Le stockage des documents vidéo a évolué, et continuera de le faire, dans le sens d'un encombrement toujours moindre.
Les normes les plus courantes, à ce jour, sont le Mpeg1 et le Mpeg2, formats reconnus par tous les lecteurs de DVD de salon. Ces formats, bien que présentant l'avantage d'une haute qualité d'image et de son restent toutefois assez gourmands en occupation et leur taille constitue un problème lorsqu'il s'agit de les transmettre quel que soit le support. A noter qu'en transmission hertzienne, l'encombrement des canaux implique de compresser. Les bouquets satellites et la TNT (chaînes à péage) font appel au Mpeg4 et en profitent pour embrouiller image et son.
Le Mpeg4 se décline sous plusieurs "containers" , c'est à dire sous plusieurs formes faisant appel au même principe avec des algorithmes différent : Les célèbres DivX ( 3,4,5,6…) mais aussi des formes plus "exotiques" comme le XviD qui n'est qu'un DivX un peu inversé ( le verlan est à la mode !)
Pour embrouiller les pistes
Le néophyte est souvent perplexe face à un fichier vidéo qui refuse de se laisser lire. Il faut avouer que les confusions sont autant faciles et nombreuses que le nombre de formats en circulation.
asf, mpeg, mpg, avi , ogm, rmvb, mkv, DivX, XviD, vob , wmv ...inutile de les citer tous !
L'extension de fichier
Il faut d'abord comprendre à quoi servent ces extensions, en 3 ou 4 caractères collés à la suite du nom de fichier et séparés d'un point. (.mp3 .avi .mpg etc…)
Lorsque l'OS ( Windows ou autre) va tenter d'ouvrir un fichier, il ne sait pas à priori quel programme il faut utiliser ( ouvrir un fichier MP3 avec Word , Excel ou le Notepad donnerait des résultats curieux !! ).
Heureusement, comme dirait l'autre, la base de registre renferme toutes les extensions identifiées sur le PC et leurs associations avec les programmes qui vont bien. Lors de l'ouverture d'un fichier, L'OS va lire l'extension et en déduire le programme à lancer, ensuite ce programme prendra en charge la lecture et la restitution de la vidéo.

Le piège
N'importe quel fichier vidéo pourra être suivi de l'extension .AVI et ce, quel que soit son mode de compression.Pour embrouiller un peu plus les gens AVI est par ailleurs bel est bien un format d'encodage ! Un fichier .avi peut donc être encodé en AVI ou ...........en autre chose.
Systématiquement, Windows appellera le lecteur défini par défaut, en général Windows Média Player.
Ensuite les choses vont se compliquer car le lecteur va lire le type d'encodage et appeler en renfort le Codec qui sait "traduire" les données
.
Le diagramme 1 montre le processus de mise en place de la lecture

Explications :
- L'utilisateur demande l'ouverture d'un fichier, l'OS va accéder à la FAT ( Table d'Allocation des Fichiers) ou la TOC dans le cas d'un CD ou DVD et y chercher le fichier, son extension, sa taille, son adresse sur le disque…. En somme on va ouvrir la table des matières pour trouver ou se trouve le fichier.
- L'OS ** récupère l'extension de fichier ( par exemple AVI ) et se reporte à la base de registre pour connaître quel programme a été affecté pour ouvrir ce type de fichier. Admettons qu'il trouve WMP, ce qui est souvent le cas. (WMP Windows Média Player)
- L'OS va lancer WMP et lui passer les données récupérées dans la FAT, Le lecteur a tout ce qu'il lui faut , ou presque!
-Le lecteur ** démarre, il sait ou trouver le fichier et l'ouvre. Il vérifie entre autre que le fichier est correct et lit dans l'entête ( les premiers octets du fichier) les quatre caractères qui définissent le container ( voir l'encadré). Ces 4 caractères sont appelés "four CC" ou 4CC. Ils sont le seul indice permettant de savoir quel encodage a été utilisé et par conséquent quel Codec il faut utiliser.

Il est assez facile de connaître les 4CC, un programme libre GSPOT fait ca très bien et indique "en clair" le type de compression utilisée pour les fichiers Vidéo et Audio.
Dans l'encadré ci dessus on voit l'entête d'un fichier .avi ( un épisode de la série "Lost" ) l'encodage est réalisé en XviD.
- Le lecteur va s'enquérir du codec. Si le codec est trouvé et compatible avec le lecteur, la lecture va pouvoir commencer sinon un message d'erreur sera affiché indiquant qu'il faut se procurer le Codec. Certains lecteurs tentent tout seuls d'accéder au site de l'éditeur pour y rechercher un addon adapté, l'opération "récupérer le Codec" est alors transparente pour l'utilisateur, la bibliothèque du lecteur va s'enrichir toute seule
CODEC ?
Le terme Codec est le résultat de la contraction "Codeur DECodeur", en fait on trouve très souvent le DECodeur tout seul ( il suffit pour lire les fichiers) Les éditeurs sont plus "avares" pour les Codeurs ! Créer soi même une vidéo DivX devient alors problématique alors que la lecture s'effectue sans problème.
Les lecteurs ( Players)
Le plus célèbre est celui de Microsoft Windows Média Player mais une foule d'éditeur ont créé leur propre standard Quick Time chez Apple, BSPlayer, Real Player, la liste est longue ! A noter que les éditeurs ont aussi créé des formats de compression propriétaires qui limitent l'usage de leur lecteur au seul format dédié ( c'est le cas pour Quick Time et Real Player) mais d'autres programmeurs, plus "universalistes" ont créé des lecteurs capables de lire une foule de formats . Les plus célèbres sont VLC Media Player et Virtual Dub qui sont capables de lire tous les fichiers sous réserve de trouver le codec sur le PC. Exception presque habituelle : Les formats propriétaires de Microsoft ! Microsoft INTERDIT la lecture de ses formats au gens qui n'ont pas payé la licence pour le lecteur Microsoft. C'est dans une logique de gros sous mais un peu lamentable car il devient difficile de travailler avec ce genre de fichier à moins de faire appel à des "filtres" qui font un pied de nez à Crosoft.
Choix des Codecs
Dans cette jungle, les piéges sont nombreux car les codecs peuvent arriver à se disputer l'honneur de décoder les vidéos ! On assite alors à des conflits qui peuvent aboutir au blocage pur et simple du systéme.
Le probléme ayant été fort bien abordé par l'ami Zébulon, je vous conseille d'aller lui faire une visite.

Aller visiter Zébulon
Vous trouverez en outre, sur ce bon site, les liens permettant de créer des jeux de codecs cohérents.
D'un format à un autre
Question sans cesse posée : comment convertir une vidéo ? Il faut bien entendu que les Codecs complets ( codeurs et décodeurs) soient présents sur le PC.Certains logiciels sont livrés avec un minimum ( VLC) mais si votre propre "bibliothéque" est bien garnie, les choses iront mieux.
Champion toutes catégories: Virtual Dub accompagné de virtualDub Mod. C'est deux là savent presque tout faire.
Presque parceque Microsoft qui garde le monopole de lecture à ses seuls lecteurs.
Il n'en demeure pas moins que Virtual Dub reste le transposeur le plus performant, il permet en plus d'effectuer des coupes, fonction bien appréciable lorsqu'un DivX dépasse la capacité d'un CD mais que le générique de fin, interminable, peut être supprimé.
Ici encore, gare aux confusions : Les codecs ne sont utilisables qu'associés à un lecteur ou un générateur de fichier. Les lecteurs-générateurs, comme VirtualDub ne savent lire et générer que si les codecs sont présents.
Un clou ne sert à rien sans marteau. Un marteau sans clou n'est pas trés utile ( sauf si votre belle mère est vraiment désagréable ! )

Les flux vidéo et audio
Un fichier vidé0 est en principe sonore ! Jusque là;, pas trop difficile à admettre !
Ou les choses se compliquent c'est qu'au moment de la lecture, le player va lire des petits bouts de vidéo et des petits morceaux de son, il ne pourra que les lire l'un après l'autre mais devra les restituer de façon synchrone pour que les paroles de l'acteur sortent de sa bouche au bon moment ou que la balle de revolver n'ait pas atteint sa cible avant le bruit de détonation.
Lors de la lecture du fichier, le lecteur "emmagasine" une fraction de vidéo ( images) puis une fraction de bande son il doit ensuite synchroniser les flux ( image et son) pour restituer correctement le fragment de film.<
Bien entendu l'image est envoyée à la carte graphique, les bruits à la carte son. Pendant que le morceau de film est envoyé à l'écran et aux hauts parleurs, le player est déjà en train d'assembler la mini séquence video-son suivante.
Si le PC est surchargé, ces opérations ne pourront pas s'effectuer à temps et la vidéo sera restituée par saccades.
Flux vidéo et audio ne sont pas traités de la même manière par tous les encodeurs. Un DivX et un XviD utiliseront des méthodes différentes et si le Codec utilisé pour la restitution n'est pas adapté image et son seront rendus "décalés" il se peut même que le son soit absent tant il n'est plus possible de gérer son flux.
Dans de tels cas, VirtualDub offre une ultime solution miracle ( mais longue ) Virtual Dub offre la possibilité de "sortir" la bande son complète d'une vidéo en format WAV, un peu encombrant mais on ne gardera pas le fichier WAV de façon définitive.
Méthode : Charger le fichier vidéo sous Virtual Dub. Dans la section audio extraire la bande en WAV. Réencoder la vidéo ( en DivX ou autre) mais en prenant comme son le fichier WAV extrait précédemment. On obtient un fichier dans lequel les deux flux sont parfaitement en phase. Je suis passé; un peu vite sur la méthode, si vous n'êtes pas familier avec Virtual Dub, il faudra apprendre à en utiliser toutes les possibilités mais rien n'est insurmontable.
Les filtres

On trouve des quantités de programmes spécialisés pour le passage d'un format vers un autre, les deux formats étant bien définis. La recherche sur le Web est facile, il suffit de savoir demander à Google.Par exemple transcrire un fichier ASF en AVI sera formulé ASF2AVI ( acronyme de "asf to avi" ). Google vous trouvera tous les filtres et conseils pour parvenir à vos fins.

Ces outils de transformation ont l'avantage d'inclure les codecs ce qui garanti, en principe, un fonctionnement sans surprise.
Les programmes Gspot,Virtual Dub et Virtual Dub Mod sont libres de droits et téléchargeables sur le Web.
Quand a l'encodeur DivX, un petit détour sur cette page sera utile : Codeur DivX
J'espére que vous voila un peu moins desarmés face à ses fichiers parfois illisibles.
Tout n'est pas dit !
Cette page n'est déstinée qu'à permettre aux débutants de se faire une idée sur l'encodage, les puristes et ceux qui maîtrisent un peu le domaine y trouveront des imprécisions ou même des approximations mais le but etait de démystifier et non de tout expliquer dans le détail sans quoi bon nombre auraient quitté une page trop technique sans y trouver d'intêret. Tout ce qui est dit pour les images est aussi valablepour le son bien que le format MP3 soit le plus commun.
Il est bon de préciser que cette page est publiée en mars 2007. Les progrés d'encodages étant perpétuels, il ne faudra pas me reprocher dans quelques mois de ne pas avoir traité le futur !

Retour page d'acceuil